A lire

Google Maps déploie sa réalité augmentée pour tous

La navigation en réalité augmentée chez Google se met en place tranquillement, mais sûrement. En début d’année, ce n’était que quelques utilisateurs triés sur le volet, qui pouvaient l’utiliser. Après cette période de test, Google a annoncé la disponibilité en version bêta de Live View pour tout le monde.

Enfin presque, concrètement il faut avoir un appareil Android ou iOS capable de supporter ARCore et ARK. C’est le moteur de réalité augmentée qu’utilise cette fonction. A partir de là, à vous “Live View” la fonction de navigation en réalité augmentée.

Une navigation en réalité augmentée

Grâce à Live View, vous allez pouvoir plus facilement vous repérer et vous faciliter les déplacements. L’utilisation des itinéraires avec Google Maps, sera plus précise et efficace. L’application utilise donc la réalité augmentée, pour permettre de percevoir les choses au-delà de sa position. Elle affiche les directions à l’écran par-dessus l’image du monde réel. Par exemple, il suffit d’orienter la caméra de son smartphone vers une rue, pour savoir s’il s’agit de la bonne direction à prendre et éviter un nouveau demi-tour.

Plus de précisions et plus d’informations

Précisons, que l’application emploie le GPS, la connexion mobile et les réseaux Wi-Fi pour calculer la position réelle. Ce n’est pas le cas pour la réalité augmentée. Celle-ci, utilise les données visuelles de la caméra pour améliorer la précision. De fait, il n’y a plus de risques d’erreur, la direction est affichée dans le monde réel par le biais de l’écran.

Comme on peut facilement l’imaginer, dans cette réalité augmentée, il n’y aura pas seulement les directions à prendre qui seront indiquées. D’autres marqueurs Google Maps, pourront être proposés, à savoir les bâtiments publics, les administrations, les monuments, et même les…commerces.

Le déploiement de cette mise à jour va se faire au fur et à mesure. Il faudra tout de même un peu de temps pour avoir une disponibilité sur tous les marchés et dans plusieurs langues.

Crédit photo : Martin Harrison

Laisser un commentaire