A lire

L’arnaque à la carte Sim de plus en plus répandue

Internet, c’est la possibilité à tous d’avoir accès à tout. Formidable devise qui évidemment n’est pas aussi simple et surtout dans certains cas, fait plutôt peur. Dorénavant, les escrocs peuvent compter sur la SIM swap, pour se faire passer pour quelqu’un d’autre auprès d’un opérateur de téléphonie mobile. Ils peuvent ainsi récupérer l’usage de son numéro de téléphone.

Ceci n’arrive pas qu’aux autres et personne n’est à l’abri. Par exemple le rapide, mais gênant piratage dont a été victime Jack Dorsey, le patron du réseau social Twitter.

Des méthodes de piratage très diverses 

Pour arriver à leurs fins, des personnes mal intentionnées, utilisent de nombreuses méthodes. Ce phénomène, a pris une large ampleur depuis plusieurs années. Cette pratique est favorisée par les progrès des technologies en matière d’automatisation. L’arnaque a pris de la dimension et donc d’avoir plus de chances potentielles de réussite. Il est possible maintenant, de générer des milliards d’appels bien ciblés, pour  inciter les consommateurs à divulguer des informations ou des mots de passe.

Les failles du système sont nombreuses, cela va de la simple erreur de sécurité de l’opérateur téléphonique, aux larges vols de données privées qui se sont produits ces dernières années. De fait, on retrouve sur le marché noir d’Internet, des informations personnelles qui permettent ensuite de piéger les opérateurs.

R. David Edelman, un ancien conseiller à la Maison-Blanche, qui dirige un centre de recherches sur la cybersécurité au Massachusetts Institute of Technology, explique “les messageries des téléphones mobiles peuvent être piratées par des moyens techniques sophistiqués, mais aussi simplement en convainquant un opérateur de migrer votre compte vers un autre, sur un téléphone non autorisé”.

Tout cela sans parler du recours à la corruption basique. Dans certains cas, des cybercriminels, ont corrompu des employés de compagnies téléphoniques pour seulement 10 ou 15 dollars par victime.

Au Brésil, des escrocs ont pris le contrôle de comptes de la messagerie WhatsApp et demandent des “paiements urgents” aux amis de la victime. Plus généralement, les pays qui utilisent fréquemment les paiements par téléphone mobile sont les plus touchés. Outre le Brésil, on peut citer l’Inde ou l’Espagne.

De graves conséquences en perspective

Plus grave encore, sachant que certains de nos présidents sont des adeptes des réseaux sociaux. On pourrait un jour voir apparaître un faux tweet du président, aux conséquences énormes.

Il serait temps, que les opérateurs se penchent sur la mise en place de nouvelles méthodes. L’utilisation de l’intelligence artificielle, devrait pouvoir faire la différence entre des transferts de cartes SIM légitimes, suite à un vol ou une perte d’appareils par exemple, et des fraudes.

Les choses évoluent et la permanente course entre les gendarmes et les voleurs continuent. Les uns cherchent de nouveaux moyens pour voler et les autres, des moyens de les en empêcher. Au milieu de tout cela, il y a nous qui sommes souvent perdus dans nos mots de passe à répétition, nos protocoles toujours plus longs, et nos “j’en ai marre”.

Crédit photo : seminaire-cultures-

Laisser un commentaire