A lire

De nombreuses ONG s’inquiètent des effets du déploiement de la 5G

Pendant que les grandes firmes de l’internet se penchent déjà vers la 6G, plusieurs ONG, ont appelé à un moratoire sur le déploiement de la 5G. Il s’agit de freiner un peu l’engouement, pour prendre le temps d’évaluer toutes les conséquences. Certaines sont évidentes et positives, mais d’autres le sont moins et peuvent s’avérer inquiétantes et dangereuses.

Avec la 5G, c’est tout une panoplie d’applications qui se présente. Elle va permettre de transmettre beaucoup plus rapidement de très grandes quantités de données. Les possibilités offertes vont largement impacter le développement des technologies dans des domaines et des proportions très grandes et très vastes.

Prévenir plutôt que guérir 

Trop grandes et très vastes pour ne pas s’en inquiéter avant, et analyser les répercussions qui ne seront pas toutes heureuses. Prévenir plutôt que guérir, s’inquiètent Agir pour l’Environnement, Priartém-Electrosensibles de France et d’autres ONG. Pour elles, le risque est grand, que tout cela fasse “basculer la planète et la société dans un monde aux conséquences hors de contrôle”.

Pour cela, elles se basent sur les premiers symptômes qui apparaissent. Cela va de la santé physique et mentale de notre jeunesse aux prises avec l’hyperconnexion, jusqu’à l’impact écologique. Cela comprend, les écosystèmes touchés, la facture énergétique et le gaspillage de ressources. Sans oublier, les évidents risques sur nos libertés individuelles et le contrôle de nos actions.

L’idée est de ralentir une vitesse de déploiement qui obéit à la stricte loi du marché qui veut toujours aller plus vite. Sophie Pelletier, présidente de Priartem explique, “on voit défiler tous les 6 à 10 ans des nouvelles technologies qui s’accompagnent à chaque fois d’une augmentation de l’exposition (aux ondes) alors que l’Anses recommande une réduction des expositions”.

Garder le contrôle et réfléchir ensemble

Il n’est pas question, que tout ce déploiement soit mené sans que les citoyens n’y soient pas partie prenante. Tout ceci, concerne le fonctionnement global de notre société. Il apparaît évident, qu’un minimum de réflexions communes, doit être mis en place. A l’heure des grands débats et des référendums, le sujet est suffisamment important pour s’y attarder.

La procédure d’attribution des fréquences 5G aux opérateurs télécoms, a été officiellement lancée le 15 juillet. La France espère la couverture des deux tiers de la population d’ici 2026.

Crédit photo : Aslantek Teknoloji Haber

Laisser un commentaire