A lire

Tinder et Grindr sont accusés d’avoir partagé des données

Tinder et Grindr marchent apparemment main dans la main, et ils ont les mêmes pratiques. Cela pourrait paraître logique pour des sites de rencontres. Cependant, un organisme norvégien accuse les sites d’être allés trop loin et les accuse tous les 2 de pratiquer l’échangisme de données avec d’autres. En effet, les 2 sites, et même quelques autres, auraient comme mauvaises habitudes de partager illégalement les données de leurs utilisateurs avec des tiers.

La pratique a pourtant été réglementée après l’entrée en vigueur du règlement général sur la protection des données (RGPD) dans l’UE depuis 2018. Cependant, la pratique continue apparemment. Ainsi donc, les consommateurs font l’objet d’un profilage en ligne, sans le savoir, et même sans pouvoir le savoir.

La Norvège dans le rôle de l’accusateur

C’est le Conseil norvégien des consommateurs, qui dénonce ses agissements par exemple chez Grindr. Ce réseau se flatte d’être “le plus grand réseau mondial de rencontres pour les personnes gays, bi, trans et queer”. Il utiliserait donc, les données GPS, l’adresse IP, l’âge et le sexe des utilisateurs, en les partageant avec de nombreux partenaires publicitaires.

Concernant l’orientation sexuelle, cela constitue une violation de la réglementation européenne. C’est notamment pour cela, que le Conseil des consommateurs, un organisme indépendant bénéficiant de fonds publics, a établi un rapport intitulé “Out of control” (hors de contrôle). Ce rapport, examine la collecte et l’utilisation de données personnelles par 10 applications. La conclusion est simple, “l’industrie publicitaire enfreint systématiquement la loi”.

Des partages et des pratiques loin d’être des cas isolés

Grindr, n’est pas tout seul dans ce cas, Tinder fait la même chose, d’une part avec OkCupid, mais aussi avec au moins 45 sociétés appartenant à leur propriétaire Match Group. Cette pratique, touche d’autres applications très différentes, comme Qibla Finder. C’est un site qui fournit aux musulmans la direction de La Mecque.

Afin que les choses n’en restent pas là, l’organisme norvégien a porté plainte contre Grindr et 5 de ses partenaires auprès de l’Agence norvégienne de la protection des données. De son côté, Grindr n’a pas répondu dans l’immédiat à une demande de commentaires. Le groupe a expliqué, ne pas être en mesure de commenter un rapport dont il n’a pas reçu copie.

Crédit photo : Santiago Exchange

Laisser un commentaire