A lire

Municipales: de plus en plus de robots-pigistes dans les rédactions

Bientôt les municipales et comme à chaque élection, toutes les rédactions de journaux rivalisent pour être les plus rapides et les plus précises. Concernant, les articles types, présentant les résultats, ils seront pour une quinzaine de médias régionaux, rédigé par un logiciel d’intelligence artificielle créé par la start-up Syllabs.

Cette technique avait été utilisée par Le Monde en 2015 au cours des élections départementales. La rédaction avait pu ainsi faire des courts textes de présentation des résultats dans 30 000 communes et 2 000 cantons. C’était une première mondiale, qui a suscité des réactions parfois inquiètes. Et si les robots prenaient la place des journalistes ?Evidemment on en est loin, mais comme toute chose, il faut un début et parfois on imagine mal les conséquences a plus long terme.

Le recours généralisé au logiciel d’intelligence artificielle 

En attendant, l’idée et la pratique a fait son chemin. On va donc pour ces municipales retrouvé les textes créés automatiquement par Syllabs, mais aussi d’autres start-up qui ont emboîté le pas comme LabSense, par exemple. Ce développement profite d’une évolution de la vision de cet outil médiatique. Une fois, l’émotion première passée, les défenseurs des moteurs de rédaction sont arrivé à faire comprendre que son utilisation se limite a des commentaires simples ou la neutralité prime.

Le résultat brut et chiffré local sont une occasion type. Il en est de même pour des résultats sportifs ou la météo. Dans tous ces cas, les rédactions peuvent largement se délester d’un article aux commentaires balisé et conventionnel, sans aucun intérêt journalistique pour mieux se concentrer sur des analyses ou des projections. D’ailleurs, nombres de rédactions sous-traitent déjà ce genre d’articles.

Un choix bien calculé et bien maîtrisé

L’avantage avec les robots, c’est qu’ils permettent de générer beaucoup de contenu, très divers et rapide, sur le web. Pour les municipales 2020, la tendance des médias ne sera donc plus vers le classique texte de synthèse. Les électeurs auront à leurs dispositions les outils pour faire la leur. Ils profiteront d’une compilation de données sur les résultats avec en parallèle des infos sur la ville ou même des liens vers des photos et articles précédemment publiés.

De plus, tout ceci génère du flux, car les robots permettent de produire beaucoup de contenu. Cette profusion de contenus divers est devenue indispensable en termes de référencement pour le web.

À partir de la, heureusement, le tri et le choix de tous ces textes de références qui font la “toile” de renseignements a la disposition du lecteur reste un travail d’humain. Heureusement que chaque journal garde ses spécificités a travers la ligne éditoriale, les billets d’humeurs, les articles de fond, les analyses… Et bien d’autres.

Crédit photo : David Huts

Laisser un commentaire